Thibault C., nouveau collègue agricovert

Thibault a intégré la coopérative début 2016 et vient d’être engagé dans un contrat de travail classique. Un parcours qui reflète bien comment plusieurs personnes passées par le coopérative, d’abord stagiaire, ont évolué.


Thibault, quel est ton parcours en quelques mots ?

J’ai 28 ans, j’habite à Gembloux (Lonzée) depuis toujours. J’ai fait de la mécanique-entretien et une formation en soudure au Forem après mes études secondaires. Je bricole régulièrement chez moi, je suis polyvalent pour tout ce qui touche au bâtiment, j’ai même refait la maison de ma mère ! J’apprends assez vite ce qui touche au manuel.

Comment as-tu connu la coopérative ?

Ça s’est passé pendant une période de stage à la CEDEG (Centre de formation à Gembloux), j’étais comparateur de prix (scanning de prix dans les magasins) et c’est le CPAS, qui m’a proposé Agricovert, pour un travail comme art.60, avec l’objectif de récupérer mes droits au chômage. Et j’ai découvert la coopérative, que je ne connaissais pas du tout.

Qu’est ce qui te plaît dans ton travail actuel ?

D’abord l’idée du projet, faire vivre des producteurs locaux et donner de la bonne bouffe.

Le travail manuel me plaît comme je l’ai dit, ainsi que la manutention. Ici, je suis responsable des commandes producteurs, des étiquettes le lundi matin, du dispatching des marchandises entre les différents points de dépôts, et des livraisons, c’est déjà pas mal.

Et l’ambiance ?

J’aime le travail en équipe mais je suis plus efficace si je peux me concentrer seul sur les choses. Je sais ce que j’ai à faire, et je trouve ici l’autonomie suffisante. Je veille aussi parfois à rappeler les priorités dans le processus quand c’est nécessaire (les oublis, les contrôles, la prochaine tâche,…)

Comment vois-tu le fait de travailler pour des clients ?

Je vois peu les clients du magasin ou des dépôts mais le contact et l’échange avec les producteurs est intéressant, ils nous donnent régulièrement des infos sur leur façon de travailler, sans pesticides par exemple.

Qu’est-ce qui est plus difficile ?

Le nettoyage des légumes, mais j’aime le faire jusqu’au bout, c’est une façon aussi de ne pas gaspiller et je déteste ça le gaspillage.

As-tu une anecdote à propos du travail, ou quelque chose que tu as découvert ici et que tu n’imaginais pas du tout ?

J’ai découvert pas mal de légumes que je ne connaissais pas et rencontré de nouvelles personnes (tous mes collègues), ce qui est très chouette.

Une histoire rigolote, pas marrante sur le moment mais qui s’est bien terminée, c’est la perte de notre pot d’échappement sur la route en livraison, nous avons fait toute la tournée (heureusement ce n’était pas Bruxelles) dans un boucan infernal, avant de passer chez le garagiste.

Pour conclure, qu’est-ce qui t’inspire tous les jours dans le travail ?

Difficile de trouver un mot, mais j’aime venir travailler, je ne me pose pas de questions, je sens que l’on a besoin de moi et ça me convient bien.

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

*

code